skip to Main Content
Tradition Laquage Dents

La tradition du laquage des dents.

Les traditions et les critères de beauté varient d’une culture à une autre. Bien que cela puisse paraître étonnant, dans certains pays les dents blanches n’étaient pas prisées. Les hommes et les femmes se teintaient alors les dents…en noir.

Laquage des dents au Vietnam.

La pratique du laquage des dents en noir était une coutume très ancienne, répandue au Vietnam, notamment dans le nord et le centre du pays, ainsi que dans les régions montagneuses. Le noircissement des dents se faisait d’une façon irréversible, et d’après les études menées par le chercheur français Pierre Huard dans les années 30 du XXème siècle, la majorité des paysans du nord du Vietnam avait les dents laquées en noir. Selon la tradition initiale, le laquage des dents était destiné à la noblesse (hommes et femmes), à partir de l’âge de 15 ans. Par la suite, le noircissement des dents se démocratise et se fait plus par les femmes. Même si aujourd’hui cette pratique tend à disparaître, il existe encore des ethnies (principalement à la campagne) qui perpétuent cette tradition.

Les raisons du laquage des dents

La tradition du noircissement des dents était liée aux critères de beauté chez les hommes et les femmes. Selon les croyances, le laquage des dents aurait aussi comme fonction de protéger de la mauvaise haleine et des caries. Pendant longtemps, le laquage était également un signe de prestige social.

La technique du laquage des dents

Chaque région et ethnie avait ses propres techniques complexes de noircissement des dents. Le laquage était irréversible et comportait plusieurs étapes ; il devait être entretenu tous les 2 ans. On commençait par le nettoyage scrupuleux des dents pendant plusieurs jours, avec du jus du citron ou du vinaigre. Après, on préparait la teinture rouge que l’on appliquait sur les dents à l’aide de feuilles de bananier le soir avant de se coucher pendant plusieurs nuits consécutives. Ensuite, arrivait la phase de la teinture noire qui durait quelques nuits. Pour terminer, on se frottait les dents avec un produit noirâtre pour consolider le noircissement des dents.

L’ohaguro au Japon

Le noircissement des dents, ou ohaguro, se pratiquait également au Japon. Réservé à la noblesse et l’aristocratie, l’ ohaguro était pratiqué par les hommes et les femmes. La cérémonie de l’ ohaguro chez les jeunes filles et jeunes hommes marquait l’entrée dans l’âge adulte et été longtemps considéré comme le symbole de vertu, notamment chez les femmes. Il servirait également à distinguer les femmes célibataires des femmes mariées pendant une époque. Par la suite, vers la fin du XIXème siècle, la pratique de l’ohaguro devient interdite et son usage se perd. Cependant, on peut le retrouver aujourd’hui dans le maquillage des geishas et de certains acteurs du théâtre traditionnel japonais – kabuki.

Back To Top